Dino en 3D

 

IMG_1426

Dino en 3D

Voici des dinosaures plus vrais que nature fabriqués en pâte de sel.

 

En voici quelques uns à la sortie du four.

Je fais cette activité lors des ateliers avec un groupe de 5 ou 6 enfants. Voici comme s’y prendre :
La recette de pâte de sel est la suivante pour 5 enfants : 4 tasses de farine blanche, 1 tasse de sel fin et 2 tasses d’eau. Bien mélanger et pétrir pour avoir la consistance de la pâte à tarte. Séparer la
pâte en 5 parts égales.

Les enfants choisissent le dinosaure qu’ils veulent reproduire. J’utilise ceux en plastique qu’ils placent devant eux pour bien en observer les caractéristiques. La première étape consiste à faire une boule avec du papier d’aluminium pour le corps (de la grosseur d’une pomme environ). Ensuite, on recouvre la boule avec de la pâte de sel juste assez pour ne plus voir l’aluminium. C’est important de procéder ainsi car sinon, à la cuisson, le corps trop épais pourrait se fendre en deux.

Ensuite, à l’aide de petites brochettes de bois, j’aide les enfants à les piquer dans le corps pour les 4 pattes, la queue et la tête. Pour un dinosaure à long cou ou pour la queue, je prends toute une brochette de bois. Pour les pattes, je les casse en deux.

IMG_1427Il faut ensuite faire des colombins avec la pâte que l’on coupe et qu’on insère autour des brochettes de bois. Pour les détails sur le dinosaure, c’est important de mouiller légèrement avec de l’eau à l’aide d’un petit pinceau les morceaux que l’on veut ajouter afin qu’ils adhèrent bien.

Pour les quadrupèdes, il est facile de les faire tenir debout sur leurs 4 pattes. Quant aux bipèdes, ils se tiennent debout grâce à leur queue qui sert de support et leurs 2 grosses pattes arrières.

Il reste à faire cuire notre production. Je fais mes ateliers le matin afin de les mettre à cuire au four tout l’après-midi à 300F.

Pour finir, les enfants peignent leur dinosaure avec de la gouache en pain et de petits pinceaux pour bien détailler. On peut saupoudrer un peu de brillants pour imiter les écailles et je termine par une ou 2 couches de vernis à l’eau en aérosol.

dino

 

Article mis en ligne le  lundi 21 mars 2011 par Hélène Tremblay