Je suis le Père Noël

Voici les étapes à suivre pour fabriquer une marionnette Père Noël.

Matériel utilisé : caméra, sac de papier brun, papier construction rouge et noir, papier d’aluminium et ouate.

Préparer à l’avance :

1. Prendre une photo des visages des élèves. Faire imprimer sur une feuille blanche. Faire découper les contours des visages.

2. Tracer des rectangles rouges avec du papier construction de la grandeur des sacs en papier bruns.

À faire lors du bricolage :

3. Remettre à chaque enfant son visage et le carton rouge qu’il colle sur le sac de papier brun.

4. Avec des retailles de papier construction, l’élève ajoute un chapeau, des bras, des jambes, des bottes et des mitaines. Il découpe aussi de la bonne longueur la ceinture avec le papier construction noir et ajoute un carré de papier d’aluminium pour faire la boucle de la ceinture.

5. On termine avec la ouate pour la barbe et les cheveux.

L’élève devient une marionnette Père Noël.

100_0227

Article mis en ligne le  vendredi 30 novembre 2012 par Sophie Blanchard

Un sapin cloué

Un sapin en peinture sur bois avec des clous et de la laine.

DSC03345

Un sapin cloué

Sur une planchette de bois d’environ 10cm X 15cm faire trois points au crayon pour que l’enfant puisse planter ses clous dans le bon angle. Il réalise un triangle pour les branches et un carré pour le pied du sapin en plantant ses clous.

Avec de la gouache, il peinture son sapin.

Avec de la laine, l’enfant doit la tourner autour des clous en alternant de gauche à droite.

 

Article mis en ligne le  vendredi 30 novembre 2012 par Marie-Pierre Gauthier

Les lutins coquins

lutinAvec les premiers jours de décembre, les lutins arrivent à la maternelle.

La légende veut que les lutins partent du Pôle Nord envoyés en mission par le Père Noël afin de vérifier si les enfants sont bien sages. Ils doivent faire leur compte rendu à chaque soir au vieux bonhomme. Toutefois, les lutins sont très coquins et ils aiment jouer des tours. Ils raffolent du chocolat et particulièrement des biscuits. Lorsqu’un lutin est découvert par un humain, il devient immobile… comme un pantin !

Laissez aller votre imagination et votre fantaisie pour faire vivre les lutins dans votre classe. Les enfants vont adorer . Voici quelques idées…vous en trouverez beaucoup d’autres sur internet.

Deux façons de faire entrer votre lutin en classe :

* Le piège : on place un panier à linge à l’envers soutenu par un rouleau de papier de toilette et on met quelques pépites de chocolat jusqu’à l’intérieur du panier… et surprise ! le lendemain matin, le lutin est pris au piège.

* Le cadeau ; en arrivant en classe, il y a un cadeau bien emballé mais sans aucune étiquette. L’enseignante se demande à qui il peut bien être et finalement, elle ouvre le cadeau. Surprise ! il y a un lutin et un message du Père Noël qui explique que le lutin X (on lui trouve un nom) vient en mission pour faire un compte rendu des agissements des enfants au père Noël. On installe le lutin bien en vue dans la classe afin qu’il fasse son travail.

Le soir, quand tout le monde est parti, le lutin prend vie et il joue des tours. Voici quelques idées que l’on découvre en arrivant le matin :

* Il a écrit un message au tableau avec des graffitis.

* Il a fait tomber toutes les chaises par terre.

* Il a mélangé des affiches ou autres objets qui sont habituellement dans un certain ordre.

* Il a laissé des miettes de biscuits sur une table.

* Il a laissé plein de boules de papier par terre (fait en froissant du papier de recyclage). On peut profiter de cette occasion pour jouer à faire le ménage. On fait deux équipes, une devant l’autre et au signal, on lance les boules de papiers vers l’autre équipe…qui à leur tour les lancent dans l’autre sens. Après quelques minutes, on arrête le jeu et l’équipe qui a le moins de bloules de papier gagne.

* Il a éparpillé des livres de Noël partout dans la classe… et il y en a des nouveaux !

* Il a laissé des traces de pas… avec de la gouache blanche qui se lave bien.

* Il a fait un long serpentin avec tous les souliers des enfants.

* Il a relié les crayons feutre de la classe par les bouchons.

* Il a caché un peu partout dans la classe les étuis à crayons des enfants.

* Il a emballé la chaise du prof avec du papier cellophane.

* Il a modifié une photo du prof en lui ajoutant une barbe et un chapeau de Père Noël.

…. etc …

J’ai ajouté en pièce jointe une lettre du Père Noël que vous pouvez utiliser lors de l’arrivée de votre lutin en classe.

P-Noe_l_lutin

Les cocos mathématiques

Ce jeu est proposé aux élèves lors de la routine du matin juste avant Pâques. L’enseignante prépare d’abord cette activité en imprimant les divers problèmes mathématiques et en les insérant dans des oeufs de Pâques en plastiques, qu’elle place dans un grand panier.

Chaque matin, l’enfant du jour pige un oeuf du panier et remet à l’enseignante le problème mathématique caché à l’intérieur. Celle-ci en fait la lecture pendant que l’enfant à l’aide de blocs tente d’illustrer le problème et d’en trouver la réponse. S’il ne réussit pas, il peut demander l’aide d’un autre élève.

Patricia Brabant

Cocos-math_

Un beau sapin en pâte de sel

Pour offrir un beau cadeau de Noël, les enfants préparent une plaque décorative en pâte de sel. Au préalable, chacun a apporté dans un sac « ziploc » une tasse de farine blanche et 1/4 de tasse de sel fin. Je fais l’atelier avec 4 ou 5 enfants à la fois et de préférence la matin car je peux ainsi faire cuire la pâte tout l’après-midi.

Il faut ajouter à la tasse de farine et au sel 1/2 tasse d’eau. Je mêle tout le contenu des sacs « ziploc » de mes 4 ou 5 amis dans le même bol et j’ajoute la quantité d’eau en conséquence. Il suffit de bien brasser et remettre ensuite à chaque enfant sa boule de pâte pour la pétrir, un peu comme de la pâte à modeler. Mettre un peu de farine sur la table pour éviter que cela colle.

Ensuite, avec un rouleau à pâte, on prépare une plaque que l’on découpe en un grand rectangle avec un couteau. Les retailles serviront à garnir la plaque. Je propose aux enfants de faire soit un bonhomme de neige, une maison ou encore un sapin. C’est plus facile de donner des idées réalisables et simples. On travaille en deux dimensions, à plat, non en hauteur. Pour décorer le tour de la plaque, les enfants utilisent une fourchette ou le bout d’un couteau avec texture. Ensuite, ils garnissent leur plaque en n’oubliant pas de badigeonner avec un peu d’eau les morceaux que l’on ajoute sur notre plaque (par exemple, les boules sur le sapin, la porte sur la maison, etc,) afin qu’ils collent bien ensemble.

Il ne faut pas oublier de faire deux trous dans le haut de la plaque à l’aide d’une paille car ils serviront après la cuisson à mettre un cure pipe comme attache pour suspendre. Faire cuire les plaques sur une tôle à biscuit à 300 F pendant environ 3 heures.

Par la suite, peindre avec de la gouache en pain et de petits pinceaux pour la précision. Ajouter des brillants pour décorer et vernir avec un vernis à l’eau lustré en aérosol . Il reste à bien emballer son cadeau (attention ! c’est fragile) et à l’offrir à une personne qu’on aime.

 

Voici un exemple de productions avant la cuisson.

IMG_0420

 Article mis en ligne le  mercredi 23 novembre 2011 par Hélène Tremblay

Le lapin rigolo

IMG_3056Voici un bricolage de découpage et assemblage simple à réaliser. À l’aide du modèle (voir fichier), faire une photocopie sur différents cartons de couleur (briocolor). Pour que les lapin soient rigolos, les enfants doivent choisir une couleur différente pour chacune des pièces qui formeront le lapin. Au préalable, il faudra découper en gros les oreilles, la tête, le ventre, les pattes et les bras. Ainsi, les enfants choisissent chaque morceau, les découpent, les assemblent et les décorent.

lapin

Bingo de Noël

Les bingos sont très appréciés des enfants. Voici une version « Noël » que vous pourrez par la suite modifier selon vos besoins.

Bingo de Noël

Première étape : Fabriquer le bingo

L’enseignante donne une grille vierge aux élèves et une feuille de 20 images de Noël. Nommer chaque image avec les enfants afin de développer leur vocabulaire mais aussi afin d’éviter les confusions lors d’une partie.

L’enfant découpe les 9 images qu’il préfère et les colle de façon alléatoire sur la grille. Ainsi toutes les grilles seront différentes et chaque enfant pourra rapporter sa grille de jeu à la maison. Prévoir 20 minutes.

Deuxième étape : Jouer au bingo

L’enseignante suggère un type de ligne voulue pour le bingo, soit une ligne verticale, soit une ligne horizontale, soit une ligne oblique ou encore les trois. Possibilité aussi de demander une carte pleine.

Truc : Faire agrandir à la photocopieuse la version de l’enseignante afin que les enfants voient mieux les cartes tirées.

Variantes :

Bingo des lettres, bingo des couleurs, bingo des nombres 1 à 10, bingo des nombres 1 à 20, bingo de la St-Valentin, bingo des insectes, bingo des prénoms, etc.

 Certaines images proviennent du Service national du RÉCIT à l’éducation préscolaire

BingoNoel

 Article mis en ligne le  jeudi 15 janvier 2009 par Amélie Fontaine

Bonhomme de neige en savon

Pour créer un bonhomme de neige odorant, on utilise comme peinture du détergent à lessive en poudre dilué dans un peu d’eau. La marque importe peu mais le savon Ivory Neige sent drôlement bon !

La consistance de la peinture en savon ne doit être trop liquide. Sur une grande feuille de papier construction de couleur foncée (bleu, noir), l’enfant peint avec un pinceau de taille moyenne les boules de son bonhomme de neige, la neige au sol et quelques flocons qui tombent. Au fur et à mesure que la peinture de savon sèche, la couleur blanc apparait comme par magie. Par la suite, il suffit d’ajouter les détails (chapeau, yeux, etc.) avec de la gouache .

On peut aussi faire dessiner un paysage d’hiver au pastel gras ou à la gouache mais sans mettre de neige. Ensuite, avec la peinture de savon, on ajoute par petites touches les endroits enneigés (par exemple, sur le toit de la maison, sur les branches d’un arbre ou d’un sapin). La neige apparaîtra par magie lorsque la peinture de savon sèchera.

IMG_0885

Article mis en ligne le  mercredi 17 mars 2010 par