Idées pour les transitions

Les transitions 

 Lors de la collation :

-Mimer manger une pomme, manger une banane, éplucher une orange…

-Cacher une collation dans un sac en dessous de la table et jouer à toucher sans voir afin de deviner la collation.

– Lors de l’attente du lavage des mains en vue de la période de collation, jouer au magasin. L’enfant vient voir la marchande (l’enseignante) et veut acheter sa collation que nous avons préalablement étalée avec celles de ses pairs. L’enfant doit décrire sa collation et apprendre à formuler une demande.

 -Déposer une boîte au centre des tables contenant un objet caché. Les enfants doivent poser des questions sur sa couleur, forme etc, …à l’enseignante.

En moment d’excitation

-Demander à l’enfant d’aller chercher de la peinture imaginaire. Lui demander de prendre son doigt, de choisir la couleur désirée en faisant un cercle autour de lui sans bouger ses pieds. Permet de se recentrer.

-Donner une petite ouate à l’enfant. Se coucher par terre et simuler qu’un gros nuage se trouve sous l’enfant. Nommer différentes parties du corps où la petite ouate se balade. Visite ton front, tes oreilles, ton cou…

-Lors de la détente, prendre un gant dépareillé retrouvé dans les objets perdus l’année précédente et y coudre différentes textures (fourrure, soie, corduroi…) Cette petite boîte deviendra un objet stimulant pour la période de la détente.

-Lunette calmante : désigner une paire de lunettes qui lorsque portée, nous procure du zen et me fait penser à prendre une grande respiration qui m’apporte le calme.

-Avant la détente, faire des exercices physiques. Ex : l’algue (couchés sur le dos, bouger les bras et jambes jusqu’à ce que l’enfant soit prêt à se détendre et sentir le mouvement des algues dans son corps.

Idées provenant d’une formation donnée par madame Harvie lors d’une activité proposée par l’AÉPQ Montérégie

Jeux dramatiques

Je fais créer des masques (de type loup) d’animaux, de personnages, etc. L’enfant peut les utiliser autant en coin maison qu’au moment de l’histoire. Aussi, on peut utiliser les masques pour parler des émotions ou pour créer un personnage, ainsi, l’enfant est parfois plus apte à faire passer ses propres émotions par l’entremise d’un personnage.

Au moment de l’histoire, on répète l’histoire en ajoutant des mimes, des marionnettes, des mouvements ou des bruits.

Émilie Demers

En moment d’excitation, j’utilise des techniques d’impact provenant d’un livre pour le préscolaire. (Danie Beaulieu)

Le téléphone

Quand un ou des enfants parlent alors que j’ai la parole , je prends un combiné de téléphone et je dis « allô, allô, oui , un teléphone à l’appareil, oui merci » 

Comédie, drame … 

Quand un conflit survient entre 2 ou plusieurs élèves ou encore quand on veut cibler un bon comportement, j’arrête tout et je dis avec un air dramatique, « Comédie, drame… », tous les amis se rassemblent au tapis. Je pige 2 ou 3 noms d’amis et ils se transforment en comédiens. En retrait, je leur expose le rôle ainsi que le problème qu’ils doivent jouer devant les autres amis. Pendant que nous nous préparons (environ 2 ou 3 minutes), l’ami du jour fait des devinettes aux autres amis. Quand les amis sont prêts, ils jouent leur saynette aux autres amis. Ceux-ci doivent trouver quelle est la situation conflictuelle ainsi que des moyens afin d’y remédier.

Annie Pelletier

 L’ami du jour fait une devinette aux autres amis

Les enfants s’assoient au tapis avec un livre ou un casse-tête.

Dans une boîte, je place des objets qui se rangent rapidement et qui sont suggérés comme exercices en ergothérapie comme :

A) des grosses billes qu’on appelle “les jalouses”. Avec une main. l’enfant prend deux grosses billes qu’il doit déplacer avec le pouce et l’index en les faisant changer de place.

B) des toupies. L’enfant prend une toupie et s’amuse avec un ami à regarder laquelle tournera le plus longtemps.

C) des pompes nasales et des boules de ouate. L’enfant presse sur la pompe et fait avancer sa boule de ouate. Les enfants peuvent faire une course en se plaçant deux à deux.

D) des pinces à salade, des billes, un contenant vide. L’enfant saisit une bille à la fois et les met dans le contenant vide. Ils peuvent s’amuser à deux et compter qui réussira à mettre le plus de billes dans le contenant.

  Céline Giard, Ecole Assomption
Article mis en ligne  par Sylvie Bazinet