Petit carnet de motifs amérindiens

Petit carnet de motifs amérindiens

Voici qui peut être intéressant pour faire des motifs de boules de Noël ou des coco de Pâques ; tant qu’à moi, je les utilise pour mon thème amérindien. Je fais cette activité début novembre pour développer la motricité fine. Cela ajoute également des mots à leur vocabulaire. Comme il est difficile de faire ces motifs, j’établis une procédure pour les aider à progresser. C’est de toute beauté !

Dans un premier temps, les enfants trouvent en grand groupe des façons différentes de faire des lignes droites. Il s’agit alors de lignes horizontales, verticales, obliques, des formes géométriques, des créneaux, des lettres majuscules, des éclairs, des escaliers… Ils utilisent leur petit carnet personnel (en pièce jointe) pour se pratiquer à être plus habile en faisant 3 sortes de lignes.

Par la suite, nous trouvons en grand groupe différentes façons de faire des lignes courbes. Il peut alors s’agit de spirales, de 6, 8, S, O, de vagues, de sauts de grenouille, de guirlande, de fleurs, de nuages…. Ils retournent à leur petit carnet pour se pratiquer en choisissant 3 sortes de lignes courbes différentes.

Sur la 3e page du carnet, les enfants se pratiquent à faire 3 sortes différentes de suites logiques préalablement travaillées en classe à quelques reprises, dans diverses situations : rythmiques, mathématiques, arts….

Dans la 4e partie du carnet se trouve d’abord la pratique du motif amérindien vécue en grand groupe.

Je donne les consignes aux enfants, le fais devant eux puis à leur tour, ils le font dans leur carnet.

Méthode : *nous devons d’abord tous faire une suite logique composée soit de triangles, carrés ou rectangles afin de pouvoir travailler au coin des angles. Ex. : carré-triangle-carré-triangle… ;

*nous devons ajouter à l’intérieur d’une de ces formes une sorte de ligne. Ex. : faire une spirale dans les triangles ;

*nous devons faire de même dans les autres formes. Ex. : faire des nuages dans les carrés.

Chaque angle doit maintenant avoir sa sorte de ligne. Ex. : sommet des triangles, faire des guirlandes et en bas des sauts de grenouille.

Il faut changer de couleur à chaque fois. Ex. : les guirlandes rouges, les sauts de grenouille en bleu…

Dans la dernière partie du carnet, chacun invente son propre motif. Je leur rappelle les consignes ci-haut mentionnées. Nous nous attendons à chaque étape pour le faire ensemble et être certain que les enfants n’omettent pas une étape.

Le motif est réinvesti dans un bandeau et une tunique amérindienne. (voir photo)IMG_1705 IMG_1707  Pour savoir comment créer un motif, j’ai donné les consignes suivantes pour en faire un tous ensemble. Puis, ils en ont créé un à leur goût.

Voyez quelles consignes ont été respectées :

 

1- Dessine en vert une suite carré, triangle, carré, triangle…

2- Fais un cercle orange au milieu des triangles.

3- Dessine une étoile jaune au milieu des carrés.

4- Fais un saut de grenouille violet sous les triangles.

5- Dessine une guirlande rouge au-dessus.

6- Fais des lignes brisées bleues au-dessus des carrés.

7- Dessine une guirlande orange sous les carrés.

8- Ajoute des petits points noirs en différents endroits.

 

Le tour est joué !

Exemples de motifs

IMG_1700

 

IMG_1701

IMG_1703

Une idée de Chantal Frégeau

Cahier_amerindien

Lignes_courbes

Lignes_droites

 

La classe transformée en clan

Une classe transformée en clan

Les enfants se sont regroupés selon une caractéristique qu’ils ont formant ainsi 5 équipes. Les renards sont rusés, ont des trucs pour parvenir à leur fin ; les lièvres sont agiles ; les balbuzards (sorte de faucon) sont observateurs ; les castors sont travaillants ; les orignaux sont majestueux. Ce thème est tiré du matériel pédagogique Cogito et Imagine et moi.

Je fais vivre des activités d’arts plastiques (pâte à modeler, pastels secs : voir photo sur laquelle j’ai ajouté la ligne noire pour mettre en évidence la forme de l’enfant) et d’habileté motrice (chasse aux orignaux et aux lièvres, pêche) par clan.

Une fois, ils ont dû faire des consensus autour d’un collier (voir photo) qu’ils avaient à faire : ils devaient convenir des types de lignes à dessiner sur le papier.

IMG_1706-300x225animaux en pastel sec

IMG_1702modèle de collier

IMG_1707tunique décorée

IMG_1705bandeau amérindien

Élection

Par la suite, nous nous sommes questionnés pour trouver les qualités d’un bon chef dans le but d’en élire un dans chaque clan (ils se fient sur celles du grand chef de la classe : l’enseignant). Je vous fais le compte-rendu de ce que les enfants ont dit.

Un bon chef doit …

*respecter les autres

*être discipliné, calme, courageux, juste et aimant

*avoir de bonnes idées

*savoir écouter les autres

En clan, ils se sont regroupés pour confirmer aux autres si chacun se voit avec les qualités énoncées et s’il désire poser sa candidature. Un clan peut donc avoir 1-2-3-4 propositions : c’est la classe maintenant qui décidera en votant. Il s’agit de faire lever les candidats de chaque clan ; les autres vont se mettre devant le choix qu’ils trouvent le meilleur. Nous avons maintenant 5 chefs à qui ont doit obéissance ! Ils auront quelques occasions de décider pour le clan ! Ils vivront également quelques privilèges.

P.S. Préparer les élèves juste avant à réagir adéquatement en cas de non-élection (gestion d’émotion).

Une idée de Chantal Frégeau

Sur la piste

Les Amérindiens chassaient pour se nourrir. Ils étaient d’excellents trappeurs et chasseurs. Avec leurs grandes connaissances des animaux et de forêt, ils reconnaissaient très bien leurs traces. De cette façon, ils pouvaient savoir rapidement à quel animal elles appartenaient.

Sur la piste

Trouver à l’aide de livres ou internet des traces et des images d’animaux. Photocopier ses images et les traces. Plastifier au besoin et inventer des jeux.

Jeux :

Jeu d’association de la trace et de l’image

Jeu de devinette

Jeu de sériation

Jeu de piste

Chasse organisée dans la classe.

Pour aller plus loin :

Fabriquer des pistes avec des empreintes (patate, carotte, pomme, mains, pieds, etc.)

Sites internet intéressants :

http://pages.usherbrooke.ca/resscout/empreint.htm

http://www.coulmes.net/traces.html

http://www.canadiangeographic.ca/cgkids/francais/flash/games/animalprintsMatch_fr.swf

Empreintes

AnimauxT-3

AnimauxT-2

AnimauxT

Plume métallique

Façon unique de travailler la gravure sur métal. Vous pourriez choisir d’illustrer un tipi, un totem, un pot de poterie mais voilà qu’on vous propose une plume.
Plume métallique

Avec un crayon à la mine, tracer à l’aide d’un stencil en carton, une plume sur du papier à embosser. Ensuite, tracer les lignes intérieures de la plume en s’inspirant d’une vraie plume. Vous obtiendrai la marque « fossilisée » d’une plume. Peindre avec de l’écoline de couleur. Effet très joli sur le métal ! Colle le produit final sur un papier de construction de couleur et le tour est joué.

Variantes de fossiles :

Avec de la pâte à modeler, faire une grande galette bien plane. Ensuite, y déposer une plume, un morceau de tissus ou un autre petit objet et passer plusieurs fois un rouleau. Retirer l’objet et analiser le « fossile ».

Idée de Fanny Archambault et Manon Gaudette, Roméo-Forbe

Article mis en ligne  par Amélie Fontaine

Les fourrures

Activité peu banale, elle permet aux enfants de toucher, de comparer et d’associer différentes fourrures.
Fourrures

Sur un grand carton, coller les échantillons de fourrure en leur donnant un numéro. Puis trouver les images des animaux auxquels appartiennent ces fourrures. Plastifier les images et écrire au verso le numéro et le nom de l’animal.

En collectif, en jeux libres ou en ateliers, les enfants jouent à associer les images à la bonne fourrure.

Pour aller plus loin : Faire des devinettes

Devine de quel animal je parle

Exemple :

Sa fourrure est blanche en hiver, elle est très douce et on dit que sa patte porte chance.

Trouver des échantillons de fourrure

Il faut aller dans un magasin de fourrure où l’on fait des retouches, ils ont souvent des bouts de fourrure ou des retailles. Si vous êtes chanceux, vous pourrez les avoir pour un sourire !

Idée de Manon Gaudette, Sylvie Perrot et Fanny Archambault

Article mis en ligne par Amélie Fontaine

Poterie

Quelle belle activité que de fabriquer des pots, des bols ou des vases avec les enfants ! Et ce n’est pas compliqué !
Poterie

Argile, pâte de sel ou pâte à modeler peuvent être utilisées pour faire de la poterie avec les enfants. À vous de choisir votre médium.

La technique du serpentin vous permet de fabriquer facilement un pot ou un bol. Après avoir préparer la pâte, vous fabriquer de longs serpentins. Puis vous enrouler les serpentins comme un « escargot » ce qui servira à faire le fond du bol. Puis avec des doigts, aplanir la surface des 2 côtés afin que se soit bien lisse.

Deuxièmement, faire encore de longs serpentins et faites les monter sur le contour du fond de votre bol jusqu’à la hauteur désirée. Aplanir les bords avec les doigts tout en prenant soin de bien unir le fond du bol et les côtés.

Un truc à suivre, les serpentins ne doivent pas être trop petits. Il vaut mieux les laisser assez dodus pour mieux les aplanir par la suite. Il s’agit d’une des plus vieilles techniques de poterie !

Motifs à l’amérindienne

À l’aide d’un objet pointu, faire des motifs répétitifs (sériations) sur les côtés de votre création avant de faire durcir et peindre vos réalisations.

Exemples :

WWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWW

\\\\\\\\\/////////\\\\\\\\\////////\\\\\\\\////////

——————————————-

oooooooooooooooOOOOOOOOOOooooooooooooooOOOOOOO

xxxxxxxxxx OOOOO xxxxxxxxxx OOOOO xxxxxxxxxx

lllllllll VVVVV lllllllll VVVVV llllllllll VVVVV lllllllllll VVVVVV

Je tresse, tu tresses, il tresse

Quand nous pensons à la coiffure des Amérindiens, nous imaginons souvent de belles longues tresses. L’action de tresser peut servir à nouer les cheveux mais aussi à fabriquer des cordes très solides. À vos tresses !
Je tresse, tu tresses, il tresse…

L’action de tresser permet non simplement à s’amuser mais également à développer des habiletés motrices et une bonne concentration. Vous pouvez utiliser des longs cordons, de la laine, du gros fil, etc. À vous de préparer le coin de tressage. Voici un truc, attacher les cordons ou les fils à un objet fixe afin de faciliter la manipulation de ces derniers. Aussi, les cordons peuvent être de trois couleurs différentes.

Pour aller plus loin

Fabriquer la plus longue tresse jamais vue en attachant toutes les tresses fabriquées par les amis de la classe.

Peinture à l’amérindienne

Dessins d’animaux peints avec les doigts ou avec différents objets à l’exception de vrais pinceaux.
Peinture à l’amérindienne

En jeux libres, en ateliers obligatoires ou en activité collective, peindre des animaux d’abord avec les doigts seulement et par la suite avec des objets de la nature. Faire quelques exemples avec les élèves et leur fournir un matériel varié pour qu’ils explorent à leur façon les différents outils.

Matériel nécessaire

Gouache de couleurs sombres (gris, brun, noir, rouge, etc.)
Papiers ou écorces de bouleaux
Petites branches d’arbres
Aiguilles de sapins, pins, épinettes
Cailloux
Plumes
Os
Etc

Article mis en ligne par Amélie Fontaine

Je m’appelle « Oeil de faucon »

Les amérindiens avaient souvent un nom spécial donné par leur tribue. Imaginez que votre classe est une tribu amérendienne et ensemble donnez-lui un nom. Enfin, il faudra donner un nom spécial à chaque élève pour mieux le reconnaître au sein de la tribue.

Je m’appelle « Oeil de faucon »

La nature, les animaux, les astres et les éléments de la Terre font partie de la vie des amérindiens. Leur quotidien était empreint de leurs croyances. À partir de livres, d’images et d’histoires, amener les enfants à penser à quoi ressemblerait leur vie à l’époque des Amérindiens d’autrefois. Laissez-les parler de leurs connaissances et amenez-les à nommer des tribus. S’ils n’en connaissent pas, nommez-en quelques unes : Iroquois, Cris, Micmacs, Abénaquis, etc. (Voir sur Internet)

Ensemble, imaginez quel nom pourrait avoir votre tribu (classe).

Puis inventer un nom pour chaque élève de la classe, soit à partir de ses forces, de son caractère ou un trait de sa personnalité.

Exemple : Alexis se nommera « Aigle blanc » car il est un excellent observateur.

Enfin, chaque ami pourrait illustrer à l’aide d’un dessin, d’un masque ou encore un totem son nouveau nom. Il ne restera qu’à présenter ce dernier lors d’un rassemblement autour d’un « feu de joie » (fictif) au reste de sa tribu ou des autres tribus de l’école (autres classes). 

C’est à vous de voir, grand chef !

 

Article mis en ligne par Amélie Fontaine